Quel est mon poids idéal ? Formules de calculs et exemples.

Quel est mon poids idéal ? La réponse avec quelques formules de calculs  de poids.

Attention cette objet pourrait influencer votre façon de penser poids idéal.

quel est mon poids idéal

Pour peu que l’on envisage le plus sérieusement du monde de perdre quelques kilos, il devient rapidement indispensable de se questionner au et de se demander  » Quel est mon poids idéal ?  »

Alors certes, différentes formules de calcul existent, mais en fin de compte le poids idéal n’est-il pas en étroite relation avec le fait de se sentir bien dans sa peau ? Cette quête du poids idéal est-elle réellement justifiée ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir en nous penchant plus en détail sur les principaux outils permettant de calculer son poids idéal.

Tout d’abord, il faut savoir que les modalités de calcul nécessitent de renseigner deux critères indispensables et d’autres plus ou moins secondaires (sexe de l’individu, morphologie). Il s’agit de la taille (en centimètres) et du poids (en kilogrammes). Les formules de calcul du poids idéal et les indices étant légion, nous nous en tiendrons exclusivement à quelques-uns d’entre eux puisque ceux-ci présentent l’avantage d’être relativement pertinents et faciles mettre en application.
Les meilleures formules pour calculer son poids idéal

Broca

La formule de Broca est de loin la plus simple.
Poids idéal (en kg) = Taille (en cm) – 100.
Il est à noter que la simplicité de ce mode de calcul peut être source de résultats erronés chez les personnes de grande taille. En effet, dans ce cas précis, la formule de Broca a tendance à s’inscrire dans l’excès en surestimant fortement le poids idéal.

Lorentz

La formule de Lorentz qui en dépit d’être sensiblement plus complexe, est à l’origine de résultats bien plus cohérents et pertinents, pour la bonne et simple raison qu’elle prend en considération le sexe de l’individu.
Poids idéal masculin (en kg) = Taille (en cm) – 100 – ((Taille en cm) – 150)/4).
Poids idéal féminin (en kg) = Taille (en cm) – 100 – ((Taille en cm) – 150)/2,5).
À ce jour, la formule de Lorentz est la méthode la plus utilisée par les professionnels. Son point fort, c’est que bien qu’étant inspirée par la formule de Broca, la formule de Lorentz pondère le résultat en intégrant un facteur correctif relatif au sexe de la personne. Son point faible est lié à la non-prise en compte de l’âge du sujet et de sa morphologie.

Creff

La formule de Creff s’inspire de la formule de Lorentz à ceci près qu’elle introduit des données relatives à l’âge et à la morphologie du sujet. Il faut savoir que trois types de morphologies peuvent être utilisées :
– La morphologie « normale ».
– La morphologie « gracile » fait l’objet d’une minoration de 10% par rapport à une morphologie « normale ».
– La morphologie « large » bénéficie d’une majoration de 10% en regard d’une morphologie « normale ».
Poids idéal (en kg) [morphologie « normale »] = (Taille (en cm) – 100) + (Âge (en années)/10) x 0,9.
Poids idéal (en kg) [morphologie « gracile »] = (Taille (en cm) – 100) + ( Âge (en années)/10) x 0,9 x 0,9.
Poids idéal (en kg) [morphologie « large »] = (Taille (en cm) – 100) + (Âge (en années)/10) x 0,9 x 1,1.
Les notions morphologiques (« normales », « graciles » et « larges ») sont sujettes à controverses de par leur caractère subjectif et quelque peu abstrait.

Monnerot-Dumaine

La formule de Monnerot-Dumaine diffère considérablement des autres méthodes puisque la notion de circonférence du poignet y est introduite. Ceci a pour objectif d’intégrer et de prendre en considération la masse musculaire et l’ossature de la personne.
Poids idéal (en kg) = (Taille (en cm) – 100 + (4 x Circonférence du poignet (en cm)) ) / 2.
Le fait que cette formule se base sur la circonférence du poignet n’est pas forcément un critère de fiabilité.

Après avoir passé en revue les quatre formules ci-dessus, on observe des différences relativement significatives en fonction du mode de calcul choisi. Dès à présent il apparait que la notion de calcul du poids idéal peut sembler quelque peu galvaudée. Sur le plan strictement médical, le « poids idéal d’une personne » correspond aux risques minimums (pour la santé) en relation avec son poids. Malgré qu’il n’existe aucun poids idéal précis, le corps médical se réfère à une fourchette (haute et basse). On parle alors de « poids idéal en théorie » et celui-ci est en corrélation avec plusieurs variables (le sexe, l’âge, la morphologie, la musculature, etc…).

Les statisticiens peuvent parvenir à déterminer « un poids idéal en théorie » pour une population donnée, mais il n’en demeure pas moins que cela ne présente qu’un intérêt purement « statistique ».
Coup de projecteur sur les différents indices : IMC, IMA, IMG

Plusieurs indices permettent également d’en apprendre davantage sur sa masse grasse.

IMC – Indice de Masse Corporelle
Le plus connu et le plus utilisé est sans aucun doute l’IMC (indice de masse corporelle). La formule permettant de calculer son indice de masse corporelle est la suivante :
IMC = Poids (en kg) / (Taille (en m) x Taille (en m)).
Ou
IMC = Poids / Taille2.

Comment interpréter l’IMC ?

Interprétation de l’IMC pour un adulte :
Un IMC supérieur à 40 correspond à « obésité morbide ou passive ».
Un IMC entre 35 et 40 a pour signification « obésité sévère ».
Un IMC entre 30 et 35 signifie « obésité modérée ».
Un IMC entre 25 et 30 correspond à « surpoids ».
Un IMC entre 18,5 et 25 a pour signification « corpulence normale ».
Un IMC entre 16,5 et 18,5 signifie « maigreur ».
Un IMC inférieur à 16,5 correspond à « dénutrition ou famine ».

L’indice de masse corporelle a été inventé par le scientifique belge Adolphe Quételet. Les puristes appellent l’IMC, l’indice de Quételet. L’OMS (organisation mondiale pour la santé) a fait de l’IMC sa référence. Bien qu’apprécié pour sa relative fiabilité chez les sujets de 18 à 65 ans, il va sans dire que les résultats de l’IMC se révèlent inexploitables en ce qui concerne les enfants, les adolescents, les femmes enceintes (ou qui allaitent), les personnes pratiquant un sport d’endurance (de haut niveau) ou atteintes de nanisme, les sujets extrêmement musclés et toutes les personnes au-delà de 65 ans.

Il convient de rester un tant soit peu prudent, car l’IMC n’est qu’un indicateur. Il n’est pas rare que des sportifs aient un IMC supérieur à 25, ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils encourent un quelconque danger. De plus, l’IMC d’une personne est susceptible de varier en fonction de sa morphologie. Un sujet peut posséder une morphologie « trapu », sans pour autant être gras.

IMA – Indice de Masse Adipeuse

Afin de pallier aux problèmes d’imprécisions de l’IMC, un nouvel indice a été mis au point. Il s’agit de l’IMA (indice de masse adipeuse). Cet indice prend en considération le tour de hanches ainsi que le tour de taille.
IMA = (Circonférence du tour de hanches (en cm) / Taille1,5(en m)) – 18.
Cependant, il faut savoir que cet indice a également ses limites puisqu’il est inefficace dans le cas d’un sujet dont l’âge ne se situerait pas entre 15 et 50 ans.

Comment interpréter l’IMA ?

IMA (en %) pour une femme :
IMA de 25%, il est conseillé de prendre un peu de poids.
IMA de 25 à 30% « masse normale graisseuse ».
IMA de 30%, un régime minceur est conseillé.

IMA (en %) pour un homme :
IMA de 15%, il est conseillé de prendre un peu de poids.
IMA de 15 à 20% « masse normale graisseuse ».
IMA de 20%, un régime minceur est conseillé.
IMG – Indice de Masse Grasse

Le calcul de l’IMG a pour but de permettre de différencier la proportion de masse graisseuse de celle de la masse musculaire. Plus complexe que l’IMC et l’IMA, le recours à cet indice peut se révéler utile pour anticiper et éviter des ennuis de santé. L’aspect pratique du calcul de l’indice de masse grasse réside dans le fait qu’il permet de se situer plus facilement par rapport à une fourchette haute et basse.
Plusieurs formules permettent d’effectuer le calcul de l’IMG

(Légende : sexe = 0 pour une femme et 1 pour un homme).
La première formule de Durenberg :
IMG (en %) = (1,20 x IMC) + (0,23 x Âge) − (10,8 x Sexe) − 5,4.
La deuxième formule de Durenberg :
IMG (en %) = (1,29 x IMC) + (0,20 x Âge) − (11,4 x Sexe) − 8.
La formule de Gallagher :
IMG (en %) = (1,46 x IMC) + (0,14 x Âge) − (11,6 x Sexe) − 10.
La formule de Jackson-Pollock :
IMG (en %) = (1,61 x IMC) + (0,13 x Âge) − (12,1 x Sexe) − 13,9.

Comment interpréter l’IMG ?

Interprétation de l’IMG pour la gent féminine :
Un IMG inférieur à 25% a pour signification « trop maigre ».
Un IMG entre 25 et 30% correspond à un « pourcentage normal ».
Un IMG supérieur à 30% signifie « trop de graisse ».

Interprétation de l’IMG pour la gent masculine :
Un IMG inférieur à 15% a pour signification « trop maigre ».
Un IMG entre 15 et 20% correspond à un « pourcentage normal ».
Un IMG supérieur à 20% signifie « trop de graisse ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les instruments ne manquent pas dès qu’il est question de calculer son poids idéal. Cela étant, on observe que les formules ne sont pas adaptées à tous les cas de figure (morphologie, sexe…), ce qui peut avoir pour conséquence de plus ou moins fausser les résultats. Néanmoins, il peut être intéressant d’effectuer un calcul du poids idéal, ne serait-ce que pour se donner un objectif.

C’est quoi mon but ?

Quiconque désire perdre du poids, doit impérativement avoir un but à atteindre. La découverte de ce fameux « chiffre magique » que représente le poids idéal est indispensable. In fine, il apparait que les différentes formules que nous avons listées présentent un intérêt à titre purement indicatif, mais qu’elles n’ont pas forcément vocation à servir de références dans l’absolu. Les personnes en surpoids n’ont bien entendu pas les mêmes priorités que celles souffrant d’obésité et c’est la raison pour laquelle il est fortement conseillé de solliciter l’avis de son médecin traitant ou d’un diététicien, et ce avant de commencer un régime alimentaire, quel qu’il soit.

Il convient de faire preuve d’un minimum de discernement dans le cadre de tout ce qui a trait à l’IMC, à l’IMA ou à l’IMG. En effet, il serait tout à fait préjudiciable pour l’intégrité physique de tout un chacun de vouloir à tout prix traquer jusqu’au moindre capiton adipeux, car certaines réserves de graisse jouent un rôle absolument essentiel dans la lutte contre des maladies.

Poids idéal – Fourchette basse et fourchette haute

Cela étant, toutes les personnes qui préfèrent ne pas se fier aux différentes formules et indices que nous avons précédemment évoqués seraient sans aucun doute bien inspirées de s’intéresser aux fourchettes de poids hautes et basses. C’est d’ailleurs ce qu’utilise une large partie du corps médical.
Taille Fourchette basse Poids « normal » Fourchette haute
160 cm 52,2 kg 55,8 kg 65,3 kg
165 cm 54,9 kg 60,3 kg 68,9 kg
170 cm 58,1 kg 63,5 kg 73,0 kg
175 cm 61,7 kg 67,6 kg 77,1 kg
180 cm 65,3 kg 71,7 kg 81,2 kg
185 cm 68,9 kg 75,3 kg 85,7 kg

 

Il est tout à fait normal de chercher à déterminer son poids idéal avant d’opter pour tel ou tel régime alimentaire adapté. Les outils ci-dessus ont vocation à éclairer la lanterne de tout un chacun, mais ils ne se substitueront jamais aux conseils avisés d’un diététicien ou d’un spécialiste.

Un avis sur la question ?

facebookpart

Qui d'autre veut reprendre son corps en main ?

C'est parti !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *